visite du president

visite du president

 

VISITE D’ETAT DANS LE ‘’WORODOUGOU’’ 

Depuis Mankono, Le Président Laurent Gbagbo annonce le règlement définitif de la question du grade des soldats FAFN   

 

 

18/11/2009

 

«Je suis venu avec le Premier Ministre, vous annoncer que la Paix est de retour en Côte d’Ivoire. Je suis venu vous dire que la guerre est définitivement terminée. Hier, encore, dans le cadre de l’Accord Politique de Ouagadougou que nous avons su heureusement signer le 4 mars 2007, et qui nous a apporté autant de bienfaits ; hier encore, ici même à Mankono, nous avons fait une grande séance de travail, pour signer la majorité des décrets relatifs au volet militaire.

Mankono peut s’enorgueillir d’avoir été le lieu où a été règlé ce problème ; comme hier, Korhogo pouvait s’enorgueillir d’avoir été le lieu où le troisième Accord Complémentaire avait été signé. Aujourd’hui, les problèmes militaires sont presque terminés. Il reste deux petites questions soulévées par le Général Soumaïla Bakayoko que nous allons règler bientôt.

Je voudrais dire aux Ivoiriens d’avoir confiance dans l’Accord Politique de Ouagadougou. Il marche et il marchera. C’est parce que cet Accord Politique marche que nous nous apprêtons à aller aux élections.

Au plan politique, nous avons terminé le travail. Il n’y a plus aucun problème. Aujourd’hui, ce qui nous reste pour aller aux élections, ce sont des détails techniques qui ne nous concernent pas en tant qu’Exécutif. Ce sont des détails qui ne concernent que la Commission Electorale Indépendante (CEI), qui fait bien son travail.

D’ailleurs, sur cette Commission, je voudrais dire aux Ivoiriens de ne pas brûler toutes leurs idoles. Je voudrais leur dire de faire confiance en leurs Institutions. La CEI a fait du bon travail ; il faut savoir gré de ce qu’elle a fait. Il faut qu’on l’a soutienne jusqu’au bout, car, nous n’avons pas intérêt à ce qu’elle échoue. Nous sommes obligés de réussir pour la Côte d’Ivoire, pour l’Afrique, pour nos petits-enfants, pour demain».

Ce pan du discours du Chef de l’Etat ivoirien, S.E.M. Laurent Gbagbo; discours tenu à la place publique de Mankono, noire de monde, ce mardi 17 novembre 2009, à l’occasion de l’unique étape de la deuxième journée de la visite d’Etat qu’il effectue depuis hier lundi 16 novembre 2009 jusqu’au 19 novembre prochain dans le ‘’Worodougou’’, vaut son pesant d’or.

Ces paroles sont d’autant plus fortes qu’elles règlent définitivement plusieurs questions essentielles dans le solutionnement total de la crise ivoirienne. C’est même bien plus une leçon qui établit définitivement la capacité des africains à régler leurs conflits par eux-mêmes que Laurent Gbagbo fait ainsi au monde entier.

La paix retrouvée en Côte d’Ivoire ; la question du grade des soldats FAFN définitivement règlée ; l’exhoration des Ivoiriens à avoir confiance dans leurs Institutions ; les félicitations à la CEI pour le travail bien fait malgré quelques soubresauts ; la porte des élections désormais ouvertes, etc., Le tout, sous les auspices de l’Accord Politique de Ouagadougou, tant décrié par l’ensemble de ses détracteurs, mais qui s’impose aujourd’hui par son efficacité avérée. Telle est l’essence de cet appel de Mankono.

Une fois la révélation sur la question des grades des soldats FAFN faite, Laurent Gbagbo s’est félicité que ses adversaires soient en campagne électiorale, grâce au retour de la Paix. Tirant la conclusion de ce fait, le Chef de l’Etat a dit compter sur les populations du ‘’Koyakadougou’’, pour que le moment venu, elles puissent, dans la paix et en ‘’vérificateurs bénévoles’’, prendre toutes les dispositions utiles pour participer à la prochaine présidentielle,
«moyen moderne de désignation du Chef», par une vérification de leurs nom et prénoms et de ceux de leurs parents sur les fichiers électoraux.

«Jeunes de Mankono, il faut maintenir la paix par le travail. Mettez-vous au travail qui donne la paix. Celui qui travaille ne cherche pas à faire la guerre. Un jeune qui ne va pas à l’école est un jeune handicapé. Chers parents, je vous en conjure, mettez vos enfants à l’école», a-t-il, en sus, interpelé ses hôtes en leur montrant la voie de solution des questions du chômage des jeunes et de la scolarisation des jeunes filles.

Expliquant ensuite les nouvelles attributions de M. Karamoko Abdoul Karim comme Haute Autorité pour le Développement des Régions du Worodougou, du Bafing et du Denguélé, charges qui répondent à sa politique de reconstruction du pays, le Chef de l’Etat a fait noter que cette Haute Autorité aura pour rôle, de, «recenser les points de retards et les difficultés de ces régions, dues à la guerre, afin de travailler à les mettre sur le même pied d’égalité que les autres régions du pays».

Autres sujet évoqué,
«les conditions du développement», qui passent nécessairement par «la sécurisation totale de la Côte d’Ivoire, qui permet la circulation des biens et des personnes, la sécurisation des affaires ; et la réforme en profondeur de la Justice pour la rendre crédible», car, à en croire le Président de la République , «si la justice n’est pas rendue conformément aux Droits, les investisseurs nationaux et étrangers hésitent à investir».

Pour le reste, Laurent Gbagbo a donné une suite favorable aux préoccupations les plus vitales des populations dont Mme Enise Kanaté (Député- Maire), Cissé Mamadou (Président de l’Union pour le Développement économique de la Sous-préfecture de Mankono) et Me Issouf Fofana (Président du Conseil Général et Porte-parole des populations) se sont fait l’écho. Il s’agit notamment ; du bitumage à l’horizon 2011 de l’axe Tiéningboué – Mankono – Séguéla, long de 115 km pour un montant accordé par l’Union européenne de 35 milliards de FCFA ; de la construction d’un château d’eau à Mankono ; de l’affectation d’enseignants titulaires pour les écoles ; de la réhabilitation des pistes villageoises ; de l’électrification de localités et nouveaux quartiers ; du renforcement des capacités des dispensaires dans les localités ; de l’attribution de 7 km de goudron pour la voirie urbaine à Mankono et enfin, de la création et la construction d’une Brigade de Gendarmerie à Kongasso.

Après l’avoir vivement remercié pour tous les actes antérieurs, et ceux à venir, posés en faveur du développement de leur région, les fils de Mankono ont remis de nombreux présents au Président Laurent Gbagbo.

 

 

localités voisines

 
                                                                  LES SOUS-PREFECTURES DE MANKONO

1 - Gwarana - 2 km
2 - Kogolo - 3 km
3 - Mwisola - 3 km
4 - Oussougoula - 4 km
5 - Oussouhoula - 4 km
6 - Dussouhoula - 4 km
7 - Dobadougou - 4 km
8 - Soukourala - 4 km
9 - Magina - 4 km
10 - Korotou - 4 km
11 - Gbanbélédougou - 4 km
12 - Karamokola - 5 km
13 - Karamola - 5 km
14 - Bohouléma - 6 km
15 - Soungasa - 6 km
16 - Soungaso - 6 km
17 - Gbirikoro - 6 km
18 - Gbanvyélou - 7 km
19 - Diénédian - 8 km
20 - Tiéma - 10 km
21 - Tyéma - 10 km
22 - Tyémo - 10 km
23 - Manyérékoro - 12 km
24 - Mamidougou - 12 km
25 - Fizanlouma - 12 km
26 - Soundougouba - 13 km
27 - Gouazasio - 13 km
28 - Gouaziasso - 13 km
29 - Tondini - 14 km
30 - Sanakoroso - 14 km
31 - Kounadidougou - 15 km
32 - Kounandigou - 15 km
33 - Tyéfinédougou - 15 km
34 - Elamakono - 15 km
35 - Tulé - 15 km
36 - Togoaso - 16 km
37 - Togoasso - 16 km
38 - Lolinkwo - 17 km
39 - Boukoro - 17 km
40 - Kabakoro - 18 km

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

41 - Samakouna - 18 km
42 - Petit Boroko - 22 km
43 - Béréda - 22 km
44 - Souloumana - 22 km
45 - Dioman - 23 km
46 - Dyoman - 23 km
47 - Soungaso - 24 km
48 - Soungasso - 24 km
49 - Tonhoulé - 24 km
50 - Samakouma - 24 km
51 - Kavagbouma - 25 km
52 - Kavagouma - 25 km
53 - Nandala - 25 km
54 - Tiéningoué - 25 km
55 - Tyénigoué - 25 km
56 - Gboualo - 25 km
57 - Gbwalo - 25 km
58 - Yangana - 25 km
59 - Kayéréla - 26 km
60 - Bayakala - 26 km
61 - Bandéré - 26 km
62 - Gona - 27 km
63 - Kouroufila - 27 km
64 - Kouroufla - 27 km
65 - Kouroufra - 27 km
66 - Touloukoro - 27 km
67 - Kouloukouloukoro - 27 km
68 - Bouila - 28 km
69 - Kongwédougou - 28 km
70 - Digibala - 28 km
71 - Kouroukoro - 28 km
72 - Dandougou - 28 km
73 - Dantogo - 28 km
74 - Dantougou - 28 km
75 - Djénigbé - 28 km
76 - Dawara - 28 km
77 - Daward - 28 km
78 - Dwara - 28 km
79 - Tyébélédougou - 29 km
80 - Kouroukourouga - 29 km

investiture UDESMA

Mankono / Investiture de l`Udesma - Les cadres tracent les sillons du développement


 

 
 
 mercredi 10 mars 2010 - Par Le Temps  

   

Le département de Mankono n'a pas échappé au retard qu'a connu la plupart des villes des zones ex-rebelles, dans leur développement. Conscient des diverses potentialités dont jouit la sous-préfecture de Mankono et pour booster son développement, les cadres de cette localité ont mis sur pied une union. Dénommée, Union pour le développement de la sous-préfecture de Mankono (Udesma). Et dont la cérémonie d'investiture du bureau exécutif a eu lieu le dimanche 7 mars dernier, à Mankono. En présence du parrain, El Hadj Ladji Karamoko, Commandant de la gendarmerie à la retraite, de la Haute autorité pour le développement des régions du Worodougou, du Bafing et du Denguélé, le ministre Abdul Karim Karamoko et des autorités administratives et politiques du département. Pour Cissé Mamadou, président de l'Udesma, cette structure est un instrument de développement au service de Mankono. Elle vient en appui, dira-t-il, aux entités territoriales décentralisées que sont le conseil général et la mairie. "Nous nous tenons à la disposition de la Haute autorité pour le développement et du conseil général. Pour les aider et les appuyer dans toutes leurs actions pour le développement de Mankono", a fait savoir Cissé Mamadou. Qui a indiqué que la vision de l'Udesma ne se résume qu'en des actions d'envergure économique et social pour le bien des populations d'origine et d'adoption de la sous-préfecture. Toutefois, le salut de la région, affirme-t-il, demeure dans la cohésion sociale de ses fils et filles. "L'Udesma entend mobiliser tous les cadres de Mankono dans leurs divergences politiques pour converger vers une pensée commune à savoir, le bien-être des populations de Mankono", note-t-il. Le parrain, Commandant Ladji Karamoko, a appelé l'ensemble des cadres de la région à transcender les clivages politiques, pour mettre au-devant le développement de Mankono. "Nous avons trop souffert, alors que le Worodougou regorge de cadres. Mankono est notre patrimoine commun et nous avons le devoir de le préserver", a souhaité le parrain. Avant de demander aux membres de l'Union de se mettre au travail pour le développent du département. Pour le Pca de Nei, Dosso Lenissa, qui a intervenu au nom des cadres de la région, l'Udesma s'affiche comme un nouvel élan pour impulser la politique de développement économique et social de Mankono.

APPRENDRE LE KOYAKA

 

c'est bientot le cours de l'apprentissage du koyaka

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×